Mission d’appui à la pérennisation de « entreprendre au Niger »

featured_image
Expertise technique pour aider à la création d’une capacité institutionnelle au sein de « l’entreprise Sénégal- SODIDA » Chargée de la promotion et de l’assistance (renforcement de capacités) des PME /PMI au Sénégal
22 mai 2019
featured_image
Mission de coordination du Programme conjoint SFI/Banque Mondiale pour l’accès au financement des MPME au Mali
22 mai 2019

Mission d’appui à la pérennisation de « entreprendre au Niger »

featured_image
NOM DE L'ENTITE JURIDIQUE
DCEG
PAYS
Niger
MONTANT TOTAL DU PROJET (EN EUROS)
15 245
PART OBTENUE PAR L'ENTITE JURIDIQUE (%)
100%
QUANTITE DE PERSONNEL FOURNIE
01
NOM DU CLIENT
PNUD
SOURCE DE FINANCEMENT
PNUD
DATE (DEBUT/FIN)
Sept. – nov. 2002
NOM DES PARTENAIRES EVENTUELS
Néant

DESCRIPTION DÉTAILLÉE DU PROJET

Le PNUD et le Gouvernement du Niger ont approuvé en date du 8 août 1997 un programme dénommé « appui au programme cadre national de promotion du secteur privé ». Ce programme avait pour objectifs de « dynamiser et de contrôler l’ensemble des activités économiques du secteur privé, en particulier les activités de production de biens et services dans les micros, petites et moyennes entreprise ».

Dans le cadre du programme national, l’appui du PNUD devait se faire à travers les sous programmes :

  • « appui à la mise en œuvre du programme national, à l’amélioration de l’environnement et à la représentation du secteur » ;
  • « appui à la promotion de la micro et petite entreprise ».

 

Dans le cadre de ce second sous-programme, l’appui du PNUD visait deux objectifs-cibles :

  • la consolidation et le développement de la structure « Entreprendre au Niger » (EAN) comme dispositif de promotion d’un réseau de micro et petites entreprises ;
  • la promotion d’outils de financement modulés en fonction des besoins des promoteurs afin d’accompagner le dispositif d’appui de « EAN ».

Au titre de ce second objectif-cible, une mission avait été entreprise pour effectuer une « étude pour la mise en place d’un mécanisme de financement ». Cette mission avait fait le constat que le faible niveau de financement des promoteurs de micros et petites entreprises par les banques viendrait essentiellement du fait que « EAN » ne disposait « pas de fonds de garantie permettant de partager les risques » et avait conclu à la nécessité de mettre en place un « accompagnement bancaire » de EAN sous la forme de fonds de garantie. Cependant, compte tenu du fait que « le système des fonds de garantie n’a pratiquement jamais fonctionné de manière satisfaisante en Afrique subsaharienne », la mission avait recommandé la « mise en place d’un véritable partenariat responsabilisant à égalité l’emprunteur, « EAN » et l’organisme prêteur ». Le rapport de mission trace les grandes lignes et les modalités de fonctionnement de l’accompagnement bancaire, baptisé depuis « mécanisme d’appui bancaire » ou MAB.

Notre mission avait pour objet :

  • de procéder à un audit de ce mécanisme conformément à ce qui est prévu dans le document d’appui au programme ;

d’explorer les voies et moyens de la pérennisation de « EAN ».

 


 

NATURE DES SERVICES FOURNIS

  • Audit des procédures de fonctionnement du MAB : analyse des procédures et vérification de leur respect par EAN dans le cadre de l’utilisation des fonds mis à sa disposition ;
  • Audit des conventions passées entre EAN et les partenaires financiers : analyse des conventions et de leur mise en œuvre opérationnelle ; évaluation des relations avec les partenaires financiers ;
  • Audit des engagements et des remboursements effectués au titre du MAB : audit des engagements au titre du MAB auprès des différents partenaires financiers ; analyse de l’utilisation des fonds déposés au titre du MAB par les partenaires ; audit des reconstitutions des fonds MAB en fonction des remboursements de prêts ; analyse des crédits consentis par les partenaires ; analyse de la qualité du portefeuille de prêts consentis par les partenaires au titre du mécanisme MAB ;
  • Analyse de l’organisation interne de « EAN » : analyse de la mission et des objectifs de « EAN » ; analyse de la structuration (ancrage institutionnel, organes de décision et de contrôle, etc.) ; analyse des perspectives d’évolution vers une structure de financement direct ; évaluation des ressources existantes ;
  • Analyse du fonctionnement de « EAN » : évaluation de la fonction « suivi accompagnement » ; analyse du fonctionnement des unités opérationnelles ;
  • Analyse de la viabilité opérationnelle : couverture des charges de fonctionnement par les produits ; évaluation des produits offerts ;
  • Evaluation de la pérennisation de « EAN » : analyse de la viabilité actuelle du mécanisme ; analyse des perspectives d’évolution (ressources financières additionnelles, partenariats potentiels).